Le language des signes au service de la parole


Pas d'éducation sans communication, témoignage des parents d'Hugo

Remise en contexte

Avant de partager notre expérience de la communication et de la pédagogie conductive, il est bon de témoigner de notre état d'esprit au moment où la communication est venue à l'ordre du jour. Fabian a parlé du regard des parents à porter depuis la ligne de départ. A l'époque, nous arrivons à la Famille via des personnes de confiance et nous apprécions les "gens" et l'encadrement proposé par l'école. Nous n'avons pas cette vision de ligne d'arrivée ni même de ligne de départ tant les questions sont nombreuses, tant les réponses absentes. Il n'y a ni point de départ, ni destination, pas même de direction. La pédagogie conductive n'est pas encore un sujet en tant que tel mais, avec le recul, je constate qu'elle était déjà tout autour de nous. Très vite, Hugo est pris en charge à tous les niveaux et nous pouvons peu à peu reprendre notre rôle de parents, parents ayant trouvé un encadrement adapté, une solution, enfin une solution...

Pour les parents qui le désirent, l'école et toute l'équipe sont très disponibles, même en demande, pour expliquer leur travail, ce qu'ils font et pourquoi ils le font. Nous prenons peu un peu un rôle actif dans ce nouveau système intégrant éducation et thérapie et prenons petit à petit contact avec la pédagogie conductive. La Famille et la pédagogie conductive nous ont cadrés et soutenus, montré le départ et donné la direction, le fameux plan de vol de Hugo.

La communication à la source

Très vite, la communication fait son entrée dans nos discussions. Hugo a des difficultés motrices, et alors que moteur est associé à mobilité pour le commun des mortels, nous nous rendons vite compte de sa réelle signification et surtout de son étendue: manger, avaler sa salive, souffler et bien sûr parler sont des sujets importants dans le plan de vol de Hugo et c'est dans un état d'esprit très positif que nous les abordons. Heureusement car au niveau de la parole, c'est la première fois que nous devons faire face à une approche contre-intuitive…les gestes. Les gestes nous dit-on, sont une étape très importante vers la parole. C'est un outil qu'Hugo va utiliser pour parler. Naturellement, nous avons tendance à croire que c'est un autre langage et nous ne voyons pas le rapport. Nous avons même pensé que c'est une "distraction". De même pour notre entourage qui doute et qui intuitivement et face à cette école qu'il ne connaît pas, n'y croit pas toujours. Encore aujourd'hui, nous n'avons pas toujours les arguments logiques ou techniques, mais nous avons l'expérience. Et c'est cette expérience que nous pouvons partager aujourd'hui.

Hugo va sur son premier anniversaire

Au départ, les gestes d'Hugo sont un outil de communication de base: "encore", "manger", "boire", "dodo", tous ces mots ont des gestes. C'est devant l'ébahissement de certains de nos amis ayant des enfants plus âgés, mais un échange limité à l'observation du comportement pour savoir s'il y a  faim, soif ou fatigue,  que nous prenons conscience Barbara et moi du luxe de converser avec Hugo. Un luxe pour les parents, bien! Mais surtout, un outil d'exploration pour Hugo. Très vite il découvre le monde par la communication. Chaque semaine, des nouveaux mots viennent compléter le tableau, enrichir son vocabulaire et donc les échanges avec son entourage. Hugo s'exprime, Hugo demande, il veut papa, maman, une histoire…Il veut travailler, être chauffeur de tram.... Il prend sa place et il est ouvert à son entourage: non seulement ses parents mais toute la famille et les amis communiquent avec Hugo. Barbara et moi-même pensons que ce sera un atout majeur dans sa vie. Nous sommes déjà bien au-delà de la communication de base.

les signes développe la parole



Les gestes, c'est super, mais ce serait quand même bien qu'il parle

"Ne vous inquiétez pas, c'est normal pour son âge" Oui, d'accord…mais quand est-ce qu'il va parler? Les premiers mots sont difficiles et les gestes semblent toujours plus faciles. De nouveau cette intuition qui revient…"c'est normal qu'il utilise des gestes, c'est plus facile pour lui, est-ce vraiment une bonne idée ces gestes?"

Pour Hugo, chaque mot est un apprentissage, l'articulation est difficile, il y a des sons qu'il n'arrive pas encore à dire, surtout ceux produits à l'avant de la bouche: "l", "f", "s" mais sans le savoir, toujours au travers du jeu, Hugo les travaille et les intègre un à un. Qu'en est-il des gestes nous direz-vous? Aujourd'hui, les gestes sont une roue de secours quand il ne sait pas dire un mot ou qu'il n'est pas compris, c'est clair. Mais nous y voyons bien plus que ça. Les gestes lui ont donné la structure et un début de syntaxe qui lui permettent de mettre les choses dans l'ordre. Les gestes lui indiquent certaines tonalités aussi. En effet, il y a des gestes pour des mots et des gestes pour des sons, ça s'appelle la verbotonale. Faire un mouvement de doigt vers le haut indique le "i" par exemple. Et c'est en faisant ce geste que Hugo a petit à petit maitriser le son "i" dont il avait besoin pour prononcer le nom de sa marraine: Sophiiiiiiiiie (avec signe du doigt) 

Depuis le début, les gestes sont un des outils d'Hugo, un outil pour communiquer directement, mais aussi un outil pour construire la parole, la syntaxe et les sons. Un outil qu'il s'est approprié et qui lui donne les commandes, des commandes qu'il prend avec plaisir et qui le rendent de plus en plus maître de son plan de vol. Hugo pilote son développement, de plus en plus, jour après jour. Car c'est l'un des objectifs de l'éducation conductive, donner à l'enfant les outils et les compétences dont il a besoin pour continuer à se développer par lui-même.

Hugo se construit et participe étonnamment à sa construction, sa parole arrive, il l'affine mot après mot et ça l'amuse. 

La communication toujours et sans hésiter, avec les gestes aussi.